Main content

French language materials

  • Auteur:
    Olivier, Anne-Marie
    Sommaire:

    Revivre une, puis plusieurs naissances. Raconter ce qui demeure un choc brutal, un moment imprévisible. Explorer comment cette arrivée spectaculaire, animale, violente, gluante peut se révéler comme une catharsis. Venir au monde se présente comme une rafale d’accouchements, tous issus de la cueillette de centaines d’histoires vraies. Un spectacle qui donne envie de vivre plus fort, plus consciemment, avec davantage de fougue et de courage. Un appel d’air qui célèbre la vie, toutes les vies.

  • Auteur:
    Dubé, Pierrette
    Sommaire:

    Tout a commencé par un petit éternuement de Bucéphale, le cheval du roi Godefroy. Le lendemain, l'animal refuse de se lever, mais accepte tout de même les chocolats offerts par son maître pour le réconforter, même s'il préférait une botte de foin. Puis, c'est le souverain lui-même qui sent un picotement au fond de son nez et qui lance un profond "Aaaatchoouu!!" Le médecin est appelé en vitesse et, constatant sa langue blanche à pois bleus, ses oreilles bouchées par des champignons et des gommes à mâcher ainsi que son coeur qui galope, il lui diagnostique un rhume de cheval. Tandis que la maladie se propage dans la cour et que les sujets du roi se changent en équidés jusqu'à ce que le remède fasse effet, une bien mauvaise nouvelle tombe: les Vikings attaquent. Or, comment repousser l'ennemi avec des naseaux rougis et un mal de gosier?

  • Auteur:
    Audet, Martine
    Sommaire:

    Fixer l’image, l’occuper ou s’y dissoudre. Les poèmes de Tête première dos contre dos explorent ce qui nous précipite, parfois nous saisit, souvent nous invente. En trois mouvements qui articulent la mémoire de ce qui est advenu et la mémoire de ce qui est à venir, ce livre se veut une rencontre, la rencontre de ces fins qui nous tournent et nous retournent, entre crainte et ravissement, parmi les rêves, là où réellement le cœur bat.

  • Auteur:
    Foucault, Michel
    Sommaire:

    Peut-être avons-nous honte aujourd'hui de nos prisons. Le XIXe siècle, lui, était fier des forteresses qu'il construisait aux limites et parfois au coeur des villes. Ces murs, ces verrous, ces cellules figuraient toute une entreprise d'orthopédie sociale. Ceux qui volent, on les emprisonne ; ceux qui violent, on les emprisonne ; ceux qui tuent, également. D'où vient cette étrange pratique et le curieux projet d'enfermer pour redresser, que portent avec eux les Codes pénaux de l'époque moderne ? Un vieil héritage des cachots du Moyen Age ? Plutôt une technologie nouvelle : la mise au point, du XVI au XIXe siècles, de tout un ensemble de procédures pour quadriller, contrôler, mesurer, dresser les individus, les rendre à la fois " dociles et utiles ". Surveillance, exercices, manoeuvres, notations, rangs et places, classements, examens, enregistrements, toute une manière d'assujettir les corps, de maîtriser les multiplicités humaines et de manipuler leurs forces s'est développée au cours des siècles classiques, dans les hôpitaux, à l'armée, dans les écoles, les collèges ou les ateliers : la discipline. La prison est à replacer dans la formation de cette société de surveillance. La pénalité moderne n'ose plus dire qu'elle punit des crimes ; elle prétend réadapter des délinquants. Peut-on faire la généalogie de la morale moderne à partir d'une histoire politique des corps?

  • Auteur:
    Richler, Mordecai
    Sommaire:

    Moses Berger est encore enfant quand il entend pour la première fois parler de Solomon Gursky. Ce personnage mystérieux deviendra bientôt pour lui une obsession qui l'incitera à mener une vaste enquête aux quatre coins du monde. Toute sa vie sera consacrée à démêler le vrai du faux dans l'histoire d'un homme et d'une famille dont les origines sont drapées dans le mystère. Nous entraînant dans les bas-fonds londoniens du XIXe siècle, en Arctique avec l'expédition de Franklin, dans l'Amérique de la prohibition, dans les paysages vallonnés des Cantons-de-l'Est d'hier et d'aujourd'hui, des hauteurs de Westmount jusqu'aux ruelles du Mile End, Solomon Gursky est un puissant récit qui nous captive par sa verve et son humour mordant. Des grands romans de Mordecai Richler, il s'agit sans doute du plus ambitieux, car il met au monde une riche mythologie, à la mesure de la destinée des Juifs en Amérique. L'humour qui caractérise ce roman aux multiples échos, sa profondeur, son esprit retors évoquent une heureuse synthèse de Dickens, de Malcolm Lowry et de Philip Roth. Une admirable réussite.

  • Auteur:
    Dickner, Nicolas
    Sommaire:

    Où l'on raconte l'histoire d'une jeune fille qui désire repousser les limites de l'expérience humaine, d'un hacker qui veut optimiser la circulation mondiale des bananes et des coussins, d'une employée de la GRC qui rêve d'en finir une bonne fois pour toutes avec la géographie, d'un septuagénaire qui perd un boulon, d'une acheteuse compulsive bipolaire, de six perruches et d'un chat intermittent, tous unis dans un jeu de société à l'échelle planétaire dont personne ne connaît les règles.

  • Auteur:
    Gezundhajt, Henriette, Clamageran, Sylvie
    Sommaire:

    "Le manuel Résumer, synthétiser, argumenter s'adresse aux étudiants de français langue seconde de niveau avancé (3e ou 4e année universitaire, essentiellement). Comme son titre l'indique, le manuel couvre l'écriture de résumés et de synthèses (cinq chapitres) et de textes argumentatifs (cinq chapitres). Les dix chapitres permettent de couvrir facilement un cours de six crédits; on peut également se servir du manuel pour un cours de trois crédits axé sur le résumé et la synthèse ou sur l'écrit argumentatif (ou sur une combinaison des deux en opérant une sélection). Profitant des possibilités qu'offre le format multimédia, le manuel intègre un certain nombre d'exercices autocorrigés et de présentations sur des points de langue"--BC Campus website.

  • Auteur:
    Sommaire:

    Entre 1867 et 2000, le gouvernement canadien a placé plus de 150 000 enfants autochtones dans des pensionnats d?un bout à l?autre du pays. Les autorités gouvernementales et les missionnaires étaient d?avis qu?afin de « civiliser et de christianiser » les enfants autochtones, il fallait les éloigner de leurs parents et de leur communauté d?origine respective. La vie de ces enfants au pensionnat était empreinte de solitude et d?exclusion. La discipline y était stricte et le déroulement du quotidien, lui, fortement régenté. Les langues et les cultures autochtones étaient dénigrées et réprimées. L?éducation et la formation technique prenaient trop souvent la forme de corvées et de tâches ménagères assurant l?autonomie des pensionnats. La négligence à l?égard des enfants fut institutionnalisée et le manque de supervision donna lieu à des situations où les élèves furent victimes de sévices physiques et sexuels. Une poursuite judiciaire déposée par les anciens pensionnaires a mené, en 2008, à la mise sur pied de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Étant l?aboutissement de plus de six ans de recherche, le rapport final de la Commission présente l?histoire des pensionnats ainsi que leur héritage, et trace la voie de la réconciliation. Pensionnats du Canada : Les séquelles décrit ce que le Canada doit faire s?il veut surmonter les séquelles tragiques de l?existence des pensionnats et prendre la voie de la réconciliation avec les premiers peuples du pays. Pendant plus de 125 ans, les enfants autochtones ont souffert de mauvais traitements et de négligence dans des pensionnats dirigés par le gouvernement du Canada et les autorités religieuses. Arrachés à leur famille et leur communauté respective, ils ont été enfermés dans d?immenses établissements, un cadre effrayant où ils étaient déconnectés de leur culture et punis lorsqu?ils parlaient leur langue maternelle. Des maladies infectieuses ont coûté la vie à de nombreux élèves et ceux qui ont survécu l?ont fait dans des conditions pénibles et débilitantes. Dans la plupart des pensionnats du Canada, la compassion et l?éducation étaient des denrées rares. Bien que le Canada ait présenté des excuses officielles pour le système de pensionnats et dédommagé ses survivants, les séquelles dommageables de ces établissements sont encore perceptibles aujourd?hui. Ce volume porte sur l?ombre projetée par les pensionnats sur l?existence des Canadiens autochtones, plus susceptibles que le reste de la population canadienne de vivre dans la pauvreté, d?être en mauvaise santé et de mourir plus jeunes, plus susceptibles aussi de se faire retirer leurs enfants et de connaître la vie en prison. C?est aussi dans les pensionnats que résident les causes de la disparition de nombreuses langues autochtones et de l?érosion des traditions culturelles.

  • Auteur:
    Sommaire:

    Entre 1867 et 2000, le gouvernement canadien a placé plus de 150 000 enfants autochtones dans des pensionnats d’un bout à l’autre du pays. Les autorités gouvernementales et les missionnaires étaient d’avis qu’afin de « civiliser et de christianiser » les enfants autochtones, il fallait les éloigner de leurs parents et de leur communauté d’origine respective. La vie de ces enfants au pensionnat était empreinte de solitude et d’exclusion. La discipline y était stricte et le déroulement du quotidien, lui, fortement régenté. Les langues et les cultures autochtones étaient dénigrées et réprimées. L’éducation et la formation technique prenaient trop souvent la forme de corvées et de tâches ménagères assurant l’autonomie des pensionnats. La négligence à l’égard des enfants fut institutionnalisée et le manque de supervision donna lieu à des situations où les élèves furent victimes de sévices physiques et sexuels. Une poursuite judiciaire déposée par les anciens pensionnaires a mené, en 2008, à la mise sur pied de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Étant l’aboutissement de plus de six ans de recherche, le rapport final de la Commission présente l’histoire des pensionnats ainsi que leur héritage, et trace la voie de la réconciliation. Pensionnats du Canada : Enfants disparus et lieux de sépulture non marqués est représente le premier effort systématique visant à compiler et à analyser les décès survenus dans les pensionnats, ainsi qu’à reconnaître l’existence de cimetières d’élèves ainsi que les caractéristiques de ceux-ci, dans le contexte réglementaire du fonctionnement de ces établissements. Dans le cadre de ses travaux, la Commission de vérité et réconciliation du Canada a créé le Registre national des élèves décédés dans les pensionnats. En raison des lacunes dans les données disponibles, ce registre est loin d’être complet. On a répertorié 3 200 victimes des pensionnats, mais le nombre réel de décès serait vraisemblablement beaucoup plus élevé. L’analyse a aussi démontré que les taux de mortalité dans ces établissements étaient bien supérieurs à ceux caractérisant le reste de la population canadienne d’âge scolaire. L’incapacité à établir et à mettre en œuvre des normes adéquates en matière de soins, conjuguée à l’absence d’un financement adéquat de ces institutions, se sont soldées par des taux de mortalité indûment élevés. Les hauts fonctionnaires du gouvernement et les autorités religieuses savaient très bien que les soins de garde que fournissaient les pensionnats étaient inadéquats. Rares sont les enfants décédés dans ces institutions qui ont été rapatriés dans leur communauté d’origine. On les enterrait plutôt au pensionnat ou dans les cimetières avoisinants, administrés par les missionnaires. Lorsque ces établissements et les missions fermèrent leurs portes, ces lieux furent abandonnés. Dans bien des cas, les communautés autochtones, les Églises et le personnel de l’époque ont pris des mesures pour réhabiliter ces cimetières et pour commémorer les défunts qui y sont enterrés. Toutefois, la plupart de ces sites sont laissés à l’abandon et n’attendent qu’à être profanés. Face à ce manque d’intérêt, la CVR propose de mettre sur pied une stratégie nationale pour documenter, valoriser, commémorer et protéger les cimetières des pensionnats.

  • Auteur:
    Sommaire:

    Entre 1867 et 2000, le gouvernement canadien a placé plus de 150 000 enfants autochtones dans des pensionnats d’un bout à l’autre du pays. Les autorités gouvernementales et les missionnaires étaient d’avis qu’afin de « civiliser et de christianiser » les enfants autochtones, il fallait les éloigner de leurs parents et de leur communauté d’origine respective. La vie de ces enfants au pensionnat était empreinte de solitude et d’exclusion. La discipline y était stricte et le déroulement du quotidien, lui, fortement régenté. Les langues et les cultures autochtones étaient dénigrées et réprimées. L’éducation et la formation technique prenaient trop souvent la forme de corvées et de tâches ménagères assurant l’autonomie des pensionnats. La négligence à l’égard des enfants fut institutionnalisée et le manque de supervision donna lieu à des situations où les élèves furent victimes de sévices physiques et sexuels. Une poursuite judiciaire déposée par les anciens pensionnaires a mené, en 2008, à la mise sur pied de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Étant l’aboutissement de plus de six ans de recherche, le rapport final de la Commission présente l’histoire des pensionnats ainsi que leur héritage, et trace la voie de la réconciliation. Pensionnats du Canada : L’expérience métisse rend compte de la longueur et de la complexité de l’expérience des Métis dans les pensionnats du Canada. Celle-ci ne met pas seulement en cause le gouvernement fédéral et les autorités religieuses, mais aussi les administrations provinciales et territoriales. Les Églises souhaitant convertir autant d’enfants autochtones que possible, elles ne s’opposèrent pas à l’admission d’enfants métis. À Saint-Paul-des-Métis, en Alberta, les missionnaires catholiques romains fondèrent au début du XXe siècle un pensionnat sur mesure pour ces enfants, tandis que les anglicans établissaient des foyers pour ceux du Yukon dans les années 1920 et 1950. La politique du gouvernement fédéral sur l’éducation des enfants métis était constamment redéfinie. À certains moments, le gouvernement considérait que les Métis faisaient partie de « classes dangereuses » que les pensionnats allaient civiliser et assimiler. Cette vision a mené à divers moments à l’adoption de politiques permettant l’admission de ces enfants. Toutefois, sur le plan de la juridiction, le gouvernement fédéral croyait que la responsabilité d’éduquer et d’assimiler les Métis revenait aux gouvernements provinciaux et territoriaux. Lorsque cette vision avait cours, les agents des Indiens avaient souvent l’ordre de retirer les enfants métis des pensionnats. Comme les gouvernements provinciaux et territoriaux hésitaient à fournir des services à cette communauté, de nombreux parents métis souhaitant faire instruire leurs enfants dans une école n’avaient d’autre option que de tenter de les faire admettre dans un pensionnat. Lorsque les gouvernements provinciaux ont commencé à fournir davantage de services d’éducation aux élèves métis après la Deuxième Guerre mondiale, bon nombre de ces enfants vivaient dans des foyers ou des pensionnats dirigés ou financés par ces mêmes gouvernements. Il reste beaucoup à faire pour déterminer l’impact que ces établissements ont eu sur les enfants métis, leur famille et leurs communautés, et pour corriger la situation.

  • Auteur:
    Sommaire:

    Entre 1867 et 2000, le gouvernement canadien a placé plus de 150 000 enfants autochtones dans des pensionnats d'un bout à l'autre du pays. Les autorités gouvernementales et les missionnaires étaient d'avis qu'afin de "civiliser et de christianiser" les enfants autochtones, il fallait les éloigner de leurs parents et de leur communauté d'origine respective. La vie de ces enfants au pensionnat était empreinte de solitude et d'exclusion. La discipline y était stricte et le déroulement du quotidien, lui, fortement régenté. Les langues et les cultures autochtones étaient dénigrées et réprimées. L'éducation et la formation technique prenaient trop souvent la forme de corvées et de tâches ménagères assurant l'autonomie des pensionnats. La négligence à l'égard des enfants fut institutionnalisée et le manque de supervision donna lieu à des situations où les élèves furent victimes de sévices physiques et sexuels. Une poursuite judiciaire déposée par les anciens pensionnaires a mené, en 2008, à la mise sur pied de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Étant l'aboutissement de plus de six ans de recherche, le rapport final de la Commission présente l'histoire des pensionnats ainsi que leur héritage, et trace la voie de la réconciliation. Pensionnats du Canada : L'expérience inuite et nordique démontre que les pensionnats ont revêtu un aspect unique dans le Nord. En 1950, on ne comptait que six pensionnats et un foyer au-delà du soixantième parallèle. Avant 1950, le gouvernement fédéral avait confié les pensionnats nordiques aux sociétés missionnaires qui menaient principalement leurs activités dans la vallée du Mackenzie et au Yukon. Ce n'est qu'au cours des années 1950 que les enfants inuits ont fréquenté les pensionnats en grand nombre. En raison de l'énorme distance qu'ils devaient franchir pour se rendre aux pensionnats, certains d'entre eux furent séparés de leurs parents pendant des années. La mise en place de petits foyers, comme on les appelait, et de pensionnats de jour au sein de plus d'une douzaine de collectivités inuites dans la région est de l'Arctique amena de nombreux parents inuits à s'établir dans ces collectivités durant toute l'année pour demeurer près de leurs enfants, contribuant ainsi à la transformation radicale de l'économie et du mode de vie inuits. Les institutions nordiques n'évoquent pas tous les mêmes souvenirs. Le personnel du Grandin College de Fort Smith et celui du Churchill Vocational Centre dans le nord du Manitoba ont été fréquemment cités pour leur rôle positif dans le développement et le soutien d'une nouvelle génération de dirigeants autochtones. Par contre, le legs de certains pensionnats, dont Grollier Hall d'Inuvik et Turquetil Hall d'Igluligaarjuk (bras Chesterfield), est bien plus sombre. Ces pensionnats ont été caractérisés par des régimes prolongés d'agressions sexuelles et de discipline stricte qui ont marqué pour la vie plusieurs générations d'enfants. Puisque les Autochtones forment une grande part de la population des territoires nordiques du Canada, l'impact que ces pensionnats ont eu a été fortement ressenti dans l'ensemble de la région. Et comme l'histoire de ces établissements est très récente, les répercussions intergénérationnelles et l'héritage de ceux-ci sont particulièrement intenses dans le Nord.

  • Auteur:
    Sommaire:

    Entre 1867 et 2000, le gouvernement canadien a placé plus de 150 000 enfants autochtones dans des pensionnats d’un bout à l’autre du pays. Les autorités gouvernementales et les missionnaires étaient d’avis qu’afin de « civiliser et de christianiser » les enfants autochtones, il fallait les éloigner de leurs parents et de leur communauté d’origine respective.

    La vie de ces enfants au pensionnat était empreinte de solitude et d’exclusion. La discipline y était stricte et le déroulement du quotidien, lui, fortement régenté. Les langues et les cultures autochtones étaient dénigrées et réprimées. L’éducation et la formation technique prenaient trop souvent la forme de corvées et de tâches ménagères assurant l’autonomie des pensionnats. La négligence à l’égard des enfants fut institutionnalisée et le manque de supervision donna lieu à des situations où les élèves furent victimes de sévices physiques et sexuels.

    Une poursuite judiciaire déposée par les anciens pensionnaires a mené, en 2008, à la mise sur pied de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Étant l’aboutissement de plus de six ans de recherche, le rapport final de la Commission présente l’histoire des pensionnats ainsi que leur héritage, et trace la voie de la réconciliation.

  • Auteur:
    Sommaire:

    Entre 1867 et 2000, le gouvernement canadien a placé plus de 150 000 enfants autochtones dans des pensionnats d'un bout à l'autre du pays. Les autorités gouvernementales et les missionnaires étaient d'avis qu'afin de « civiliser et de christianiser » les enfants autochtones, il fallait les éloigner de leurs parents et de leur communauté d'origine respective. La vie de ces enfants au pensionnat était empreinte de solitude et d'exclusion. La discipline y était stricte et le déroulement du quotidien, lui, fortement régenté. Les langues et les cultures autochtones étaient dénigrées et réprimées. L'éducation et la formation technique prenaient trop souvent la forme de corvées et de tâches ménagères assurant l'autonomie des pensionnats. La négligence à l'égard des enfants fut institutionnalisée et le manque de supervision donna lieu à des situations où les élèves furent victimes de sévices physiques et sexuels. Une poursuite judiciaire déposée par les anciens pensionnaires a mené, en 2008, à la mise sur pied de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Étant l'aboutissement de plus de six ans de recherche, le rapport final de la Commission présente l'histoire des pensionnats ainsi que leur héritage, et trace la voie de la réconciliation. Pensionnats du Canada : L'histoire, partie 1, des origines à 1939 replace le système de pensionnats du Canada dans le contexte historique des campagnes européennes visant à coloniser et à convertir les Autochtones du monde entier. Dans le Canada post-confédération, le gouvernement adopta ce qui devint une politique de génocide culturel : suppression des langues et des pratiques spirituelles, perturbation des économies traditionnelles et imposition de nouvelles formes de gouvernement. Les pensionnats devinrent rapidement un élément central de cette politique. Le dessein destructeur de ces établissements fut décuplé par un sous-financement chronique et par des conflits incessants entre le gouvernement fédéral et les sociétés missionnaires, qui avaient le mandat d'assurer le bon fonctionnement de ces pensionnats. En raison d'un manque de leadership et de ressources, ces institutions ne purent maîtriser la crise de la tuberculose qui sévit durant presque toute cette période. Alarmés par des taux de mortalité élevés, de nombreux parents autochtones refusèrent d'envoyer leurs enfants dans ces établissements, ce qui poussa le gouvernement à adopter des règlements coercitifs sur la fréquentation. Alors que le gouvernement imposait une réglementation de plus en plus sévère à l'égard des parents, il en faisait bien peu pour régir la discipline, l'alimentation, la prévention des incendies et la salubrité dans les pensionnats. Il présidait, à la fin de cette période, un groupe pancanadien de foyers d'incendie latents n'ayant aucun objectif clair en matière d'éducation et qui étaient économiquement dépendants du travail non rémunéré d'enfants sous-alimentés et bien souvent malades.

  • Auteur:
    Sommaire:

    Entre 1867 et 2000, le gouvernement canadien a placé plus de 150 000 enfants autochtones dans des pensionnats d'un bout à l'autre du pays. Les autorités gouvernementales et les missionnaires étaient d'avis qu'afin de " civiliser et de christianiser " les enfants autochtones, il fallait les éloigner de leurs parents et de leur communauté d'origine respective. La vie de ces enfants au pensionnat était empreinte de solitude et d'exclusion. La discipline y était stricte et le déroulement du quotidien, lui, fortement régenté. Les langues et les cultures autochtones étaient dénigrées et réprimées. L'éducation et la formation technique prenaient trop souvent la forme de corvées et de tâches ménagères assurant l'autonomie des pensionnats. La négligence à l'égard des enfants fut institutionnalisée et le manque de supervision donna lieu à des situations où les élèves furent victimes de sévices physiques et sexuels. Une poursuite judiciaire déposée par les anciens pensionnaires a mené, en 2008, à la mise sur pied de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Étant l'aboutissement de plus de six ans de recherche, le rapport final de la Commission présente l'histoire des pensionnats ainsi que leur héritage, et trace la voie de la réconciliation. Honorer la vérité, réconcilier pour l'avenir résume les six volumes constituant le rapport final de la Commission. Il assimile les pensionnats à l'instrument d'un génocide culturel et indique, par le fait même, que ces pensionnats s'inscrivaient dans le cadre plus large de la politique colonialiste du gouvernement canadien à l'égard des peuples autochtones.

  • Auteur:
    Sommaire:

    Le dispositif de test rapide Rapid Response™ COVID-19 Antigen est un test immunochromatographique in vitro pour la détection directe et qualitative des antigènes nucléoprotéiques viraux du SRAS-CoV-2 à partir des sécrétions nasales et nasopharyngées des personnes suspectées de COVID-19. La notice du produit fournit des instructions détaillées sur le processus d'autodiagnostic.

  • Auteur:
    Viens, Mylène
    Sommaire:

    Atteinte de dystrophie musculaire, Myriam décide, après avoir fini son secondaire, de déployer ses ailes et de prendre son envol. Bousculée par son pneumologue qui lui demande abruptement "Veux-tu vivre?", elle se dit qu'elle ne peut plus attendre pour réaliser le voyage dont elle rêve depuis si longtemps. Avec son vieux chauffeur d'autobus, Mike, son amie Élizabeth et un copain, Scott, elle quitte pour la première fois le nid familial en direction de Québec pour enfin savourer sa liberté et repousser ses limites. Entre un bris mécanique et un saut en parapente, Myriam apprendra à composer avec sa vie différente des autres, certes parsemée d'embûches, mais combien savoureuse. Pour les lecteurs du collégial.

  • Auteur:
    Daigle, France
    Sommaire:

    Pour sûr c'est l'histoire de personnages attachants, Terry et Carmen, que l'on a connus dans les précédents romans de l'auteur, leurs enfants Étienne et Marianne, et toute cette humanité qui gravite autour du bar Le Babar, à Moncton - les Zablonski, Zed, Pomme -, artistes, gens ordinaires, qui, tout en vaquant à leurs activités quotidiennes, s'interrogent sans cesse sur leur place dans le monde, d'un point de vue géographique, historique, politique ou culturel. C'est aussi, entre autres choses, une somme encyclopédique, un labyrinthe, une exploration de la folie des nombres, un précis de typographie, un reliquaire, une défense et illustration de la langue chiac, une réflexion sur les cultures minoritaires et leur obsession linguistique, un jeu de pistes, le roman d'un coin de pays. C'est une entreprise aux dimensions surhumaines que France Daigle mène à son terme avec une éblouissante virtuosité.

  • Auteur:
    Cloutier, Fabien
    Sommaire:

    Carl et Steven en arrachent ; pères à temps partiel, fils ou amoureux décevants, ils peinent à garder la tête hors de l'eau et à préserver un semblant de dignité. Pour survivre, ils feront des petits boulots pour Mario Vaillancourt, le propriétaire des Galeries du Boulevard. Mais Vaillancourt ratisse large et il ne donne pas seulement dans le commerce licite. Il exploite aussi des « sides lines » pour lesquels le recrutement se fait à la pièce. Idéalement auprès des plus vulnérables. On retrouve dans Pour réussir un poulet les personnages qui jalonnent l'univers de Fabien Cloutier. Des êtres dépassés qui, en tentant d'améliorer leur sort, ne peuvent faire autrement que de glisser dans le vortex de la déchéance. Si Fabien Cloutier réussit à nous faire rire, c'est pour mieux nous rappeler que les choses vont mal. De plus en plus mal.

  • Auteur:
    Smart, Elizabeth
    Sommaire:

    «Poèmes 1938-1984» se compose de quatre parties et rassemble plusieurs décennies d’un travail poétique acharné qui témoigne de l’infatigable vigueur d’une femme dévouée à sa muse. Ayant lutté sa vie entière pour réconcilier les exigences de la maternité et celles de sa vocation d’écrivaine, Elizabeth Smart évoque ce combat dans nombreux de ses poèmes, traçant ainsi le portrait d’une époque où les femmes ont du mal à se tailler une place dans les cercles d’écrivains, aux prises avec les barrières qu’on leur impose et les dilemmes quotidiens. Tout au long du recueil, elle fait cohabiter le trivial et l’universel et se livre à des moments de pure exaltation, s’émerveillant par exemple devant la furie de vivre des plantes, ou de désolation extrême, notamment en face des ravages de la guerre – événement qui l’a intimement et profondément marquée. Sans se soumettre à des formes rigides, les vers de ce recueil célèbrent également les maîtres qui les ont inspirés, s’adressant à eux, avec insolence parfois, afin de permettre à leur auteure d’exister en poésie.

  • Auteur:
    Gagnon, Steve
    Sommaire:

    Bouleversé par le décès de sa mère, un jeune archéologue accepte d’aller travailler sur un chantier de fouilles à des milliers de kilomètres de chez-lui. Loin de Montréal, étourdi par une fuite en avant qui ne semble pas combler l’immense vide laissé par la disparition maternelle, il fait la rencontre d’Edna, qui l’accueille pendant son séjour. Avec l’aide de cette femme sensible et vraie il parvient à se réconcilier avec la vie pour mieux revenir à sa belle infirmière, Nathalie. Avec une tendresse et une violence d’une rare complémentarité, Steve Gagnon donne la parole à un homme déchiré, un adulte / enfant incapable d’affronter l’existence. Touchant et sincère, le personnage qu’il crée dans Os. La montagne blanche exprime avec simplicité toute la douleur et la colère du deuil, sans compromis ni concessions.

Pages

Subscribe to RSS - French language materials